mardi 2 février 2016

Taubira et les minables, le grand navet !

Source
Les Copé, Raffarin, Hortefeux, Fillon, Bertrand et autres cannibales du FN, ainsi qu'une partie de son propre gouvernement, voulaient sa peau, ils l’ont eue ! Tous aujourd’hui s’en félicitent. Traîtres et criminels, main dans la main, dansent une ronde sinistre, célébrant la belle victoire ! Rien n’est rationnel dans la Terreur, sinon l’abomination qu’elle inspire. Tout pareil que pour l’esclavage : quelle que soit sa forme et le nom qu’on lui donne, cela reste toujours de l’esclavage !  
Nul ne sait si la démission de Christiane Taubira du gouvernement est une « bonne » ou une « mauvaise » nouvelle. D’un point de vue purement fonctionnel, son organisme a dû éprouver un certain soulagement, tant la frangine des îles l’aura secoué dans tous les sens pour se persuader qu’elle faisait encore partie d’un gouvernement de gauche, défendant les valeurs d’un humanisme volontaire. La belle chimère !
La démission de la ministre de la Justice à peine remise au président, aussitôt acceptée, que le nom de Jean-Jacques Urvoas pour lui succéder flanquait sévère la chtouille aux partisans d’un internet libre et d’une liberté publique laissée à la volonté d’un pouvoir qui n’en veut pas.
Mauvaise nouvelle donc. On connaît la bête. Le gars Urvoas n’est pas du genre à rire avec la sécurité et le renseignement, c’est son dada ! Il milite pour le verrouillage des libertés comme on pratique la tonte des brebis avant transhumance, ou comme on biffe des tablettes un droit fondamental, sans plus de scrupule. Il se dit militant PS, il a la carte, mais il aurait pu être tout aussi à l’aise dans n’importe quel parti à visée dictatoriale, en Espagne, en Grèce ou dans n’importe quelle autre région du monde.
Animal poïkilotherme du signe de la Vierge, né à Brest, il est de l’espèce qui fait froid dans le dos : reptation sinueuse et morsure mortelle. Ce n’est pas pour rien qu’il convoitait le ministère de l’Intérieur, rêvant de faire fusionner la Justice et la Police en une seule et unique Grande Maison ! Il est grand ami du Premier ministre Manolo de la Guardia Civil, avec qui monsieur a plus d’un point commun. Le genre à vous faire passer la guillotine pour le guichet de la sécurité sociale avant que vous ne retrouviez votre tête parmi un tas d’autres formant un tumulus dans les grands cimetières sous la lune !
François Hollande a peut-être rêvé la démocratie mais oublié l’interrupteur pour faire la lumière. Nous voilà (avec ou sans Maréchal) dans le noir, si je puis dire !

Sous l'casque d'Erby


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire